LE MARCHÉ DE L’IMMOBILIER NEUF

 

Immobilier : le marché du neuf confirme son dynamisme

Comme dans l’ancien, le marché immobilier s’est réveillé dans le neuf, soutenu par les taux d’intérêt bas et le retour progressif de la confiance des ménages.

L’année 2016 semble avoir été un bon millésime pour la construction de logements neufs, selon la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Après avoir augmenté de 16% en 2015, les réservations de logements auprès des promoteurs ont à nouveau augmenté de 21% en 2016, pour atteindre 148.618 logements.

Un environnement favorable

Ce niveau est le plus élevé constaté par la FPI depuis que son observatoire couvre l’intégralité du territoire national en 2010. Mais si l’on remonte aux années antérieures à la crise financière de 2008, on peut retrouver des niveaux de réservations plus élevés. Le marché du logement neuf était à l’époque plus dynamique, et l’objectif des 500.000 mises en chantier était alors approché, contre 375.000 seulement en 2016.

Cette bonne dynamique repose sur des taux d’intérêts très bas, très attrayants pour les acquéreurs, qui ont favorisé le retour de l’appétence pour l’investissement immobilier. Elle repose aussi sur des dispositifs de soutien de la demande plus lisibles, tels que le dispositif Pinel, ou le PTZ renforcé pour les primo‐accédants.

«Les dispositifs de soutien de la demande produisent les effets attendus, ils sont bien utilisés par les ménages dans un contexte de confiance retrouvée après la période d’incompréhension de la loi ALUR et la contraction du marché qui s’en est suivie», précise Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI.

La FPI espère, dans l’intérêt de l’ensemble du secteur de la construction, que les dispositifs Pinel et PTZ seront préservés, alors que les taux d’intérêt, facteur de soutien, ne pourront pas durablement rester au point bas atteint en 2016.

Pour mémoire, entre 2010 et 2013, la réduction du dispositif Scellier, puis la mise en place de la loi Duflot, ont fait chuter de 63.800 à 30.100 le nombre de réservations de logements neufs effectuées par des ménages investisseurs.

Une évolution équilibrée

Les constats de la FPI mettent aussi en lumière deux autres évolutions. Tout d’abord, les réservations apparaissent plutôt équilibrées entre l’investissement locatif (61.300 logements) et l’accession à la propriété (55.300 logements).

Selon la FPI, c’est le signe que le Pinel comme le PTZ sont bien calibrés et rencontrent aussi la demande. Inversement, en 2013, l’investissement locatif, utile pour satisfaire la demande des jeunes ménages ou des salariés en mobilité professionnelle, ne représentait plus que 40% des ventes.

 

Les derniers articles

Laisser un commentaire